TYPE Aménagement participatif d’une place
LIEU Place Jeanne d’Arc, Le Relecq Kerhuon (29)
DATE Octobre 2016 / mars 2017
CONCEPTION Les Manufacteurs + Léo Pouliquen
REALISATION Les Manufacteurs + Léo Pouliquen
CLIENT Mairie du Relecq Kerhuon
COÛT 20 000€

Sur cette place avait été construite une sorte de petite halle métallique qui hébergeait il y a longtemps un marché de proximité.
Peu à peu, le marché avait laissé place à un stationnement de voitures. La mairie a déposé la structure métallique qui menaçait de s’efondrait, découvrant ainsi un espace libre. Après la réalisation d’une jardinière bordant la route pour délimiter les usages, il restait un espace non approprié sur lequel il nous a été demandé d’intervenir.

L’APPROPRIATION A TOUS LES NIVEAUX

Après une première rencontre avec l’équipe municipale, il a été voté que l’aménagement de cette place serait réalisé de concert entre les équipes des services techniques, les habitants et les manufacteurs, et qu’elle incluerait la construction d’un «bibliothèque gratuite» gérée par la médiathèque.
Pour ouvrir au maximum le projet, nous avons donc mis en œuvre plusieurs procédés pour intégrer les compétences de chacun :
– un travail de conception avec les entreprises locales travaillant déjà avec les services techniques (scierie)
– un travail de cahier des charges avec les équipes de la médiathèque, en charge de la gestion de la bibliothèque gratuite
– un chantier ouvert accompagné par les services techniques
– un travail de graphisme pour habiller les contremarches.
Nous avons donc proposé plusieurs temps de travail : un premier temps de conception avec les équipes municipales (élus, services techniques, services culturels), au cours duquel nous avons placé un «panneau d’expression» communiquant sur le projet sur la place ; un second temps de graphisme avec les institutions locales ; un dernier temps de chantier.
En cherchant au maximum à rationnaliser l’emploi de matériaux, nous avons profité des savoir-faires d’une scierie locale pour
adapter les essences choisies aux usages futurs. Le chène avec ses pieds dans l’eau, le mélèze ventilé en platelage. Pour compléter ces matériaux, nous avons fait appel à la recyclerie local (un peu d’R) pour fournir les plaques pour les contremarches.
Ces dernières ont fait l’objet d’une démarche participative parallèle : nous avons proposé d’animer des ateliers de graphismes ouvert à tous, et mobiles (allant de la médiathèque à l’EPHAD ou l’accueil de jour de la commune), où chacun était invité à dessiner sur une des plaques formant les contremarche. Une consigne simple : des traits tirés à la règle, et des feutres noirs.
Les participants ont été invités à venir poser leur plaque à la fin du chantier, et le tout à donné lieu à une inauguration festive !