TYPE Rénovation d’une maison individuelle
LIEU Brest (29)
DATE Juillet 2015 / Mars 2016
CONCEPTION Les Manufacteurs (Manuel Henry)
RÉALISATION Les Manufacteurs (Manuel Henry)
CLIENT Privé
SURFACE 98m2
COÛT 85 600 € de travaux TTC

À proximité du centre ville de Brest, cette maison particulière d’une centaine de mètres carrés cache bien son jeu. Mitoyenne depuis la rue, ne présentant qu’un niveau, elle met à profit la pente pour développer un second niveau semi enterré (rez-de-jardin) ouvrant sur un jardin en terrasse sans vis à vis.

La maison était restée dans le jus de sa première «rénovation» réalisée dans les années 70 : cloisonnement en petites pièces, amiante dans la cuisine, échelle de menuisier pour descendre au rez-de-jardin, enduit de ciment partout, moquettes et linos collés sur les parquets, doublages en placoplâtre non ventilés sur les maçonneries pierre…

L’option retenue conserve le caractère de cette petite maison typique de Brest, la composition de sa façade, sa toiture en zinc, son organisation en niveaux, mais modifie grandement l’intérieur : dépose de toutes les cloisons, ouvertures, curage de tous les murs, isolation des combles, changement de la distribution des pièces et des niveaux (modification de l’escalier). Bref, une grande mise à jour de ce joli petit cocon pour l’adapter à un confort actuel.

La lumière, qui faisait défaut aux pièces semi enterrées, entre maintenant grandement par la trémie du nouvel escalier, elle inonde la pièce de vie situé au rez-de-chaussée, complètement libérée du cloisonnement en petites pièces, et chauffe les chambres situées au rez-de-jardin.

Malgré cette volonté de tout remettre au goût du jour, un ensemble d’éléments racontant l’histoire de la maison ont été conservés et valorisés : le sols pour commencer, pour redécouvrir un plancher bois de qualité, certes marqué mais en parfait état d’usage, et ressortir les carreaux de ciment au pied des 4 boisseaux au rez-de-chaussé ; des éléments peints aux murs, redécouvert sous quelques couches de papier peint ; les gardes corps d’origine, retrouvés dans la cave; etc.

Les travaux ont grandement assaini cette maison semi-enterrée, confrontée à des problèmes d’humidité, en faisant respirer les murs (dépose des enduits ciments extérieurs, et réalisation d’enduits à la chaux intérieurs/extérieurs) et amélioré ses performances énergétiques en mettant à profit l’inertie des murs périphériques jusque là doublés + isolés (aujourd’hui, seule la chaux vient les couvrir, régulant l’hygrométrie).

Aujourd’hui composée d’un grande pièce de vie, d’un bureau et de deux chambres, la rénovation a pris en compte le potentiel d’extension vertical de la maison qui ouvrirait largement la vue sur la rade…